André Pontier : le point sur le dossier

Le problème

De nombreux habitants résidant dans le quartier délimité par les rues André Pontier, Héros Nogentais et Lebègue ont fait part à l’ACN de l’émotion que suscite la possible disparition d’une maison « protégée » de la rue André Pontier et la construction par un promoteur d’un nouvel ensemble immobilier venant s’ajouter aux 68 habitations récemment construites (20 dans la ZAC de l’ancienne poste, 40 à l’angle Héros Nogentais/rue Emile Zola 48 ???).

L’examen du plan d’occupation des sols (POS) permet de constater que la maison en question est répertoriée à l’inventaire des bâtiments remarquables de la ville de Nogent sur Marne (Titre VIII du POS de février 2001) et que la zone dans laquelle elle est située (zone UDa) permettrait l’édification d’un immeuble d’une hauteur de 15 m au faîtage avec un coefficient d’emprise au sol maximum de 80 %.

Si elle se concrétisait, une telle opération immobilière entraînerait la disparition d’un immeuble « protégé» figurant à l’inventaire des bâtiments remarquables de la ville mais également d’un jardin planté d’arbres qui confère au quartier un caractère aéré et verdoyant.

Position de la mairie

En réponse à un courrier par lequel l’ACN relayait les inquiétudes des habitants du quartier, la mairie a fait savoir qu’elle partageait ce souci de préservation du patrimoine architectural et fait part de son intention de prendre des dispositions dans le futur Plan Local d’Urbanisme, successeur du POS,   pour assurer une protection effective des bâtiments remarquables et de l’esthétique générale des quartiers.

Position de l’ACN

Si l’ACN se réjouit de cette déclaration d’intention de la mairie, elle note cependant qu’elle ne semble valoir que pour l’avenir et qu’elle n’est malheureusement pas de nature à dissiper l’inquiétude des riverains sur le sort réservé à cette maison, compte tenu du faible niveau de protection conférée actuellement par le POS.

En effet, il est paradoxal que ce POS, tout en prenant le soin de dresser l’inventaire du patrimoine remarquable, ne prévoit pas de dispositions assurant une réelle protection.

Ainsi, les « Servitudes relatives à la protection des monuments historiques et sites naturels » qui figurent dans le POS (p. 104) ne visent que l’église Saint Saturnin, le pavillon Baltard, la façade du Cinéma Artel, l’Hôtel des Coignards, le parc de la Maison nationale de retraite des artistes, le terrain du Val de Beauté lieudit « sous la lune » et le terrain des franges du bois de Vincennes.

Cette servitude a pour conséquence indirecte que toute démolition/construction concernant un immeuble situé dans un périmètre de 500 m nécessite une autorisation de l’architecte des bâtiments de France. Sachant que les visas sont pratiquement toujours "conformes", la protection de la maison de la rue André Pontier est limitée. Le mince apport du POS actuel réside dans l’opposabilité au promoteur du cahier des charges des recommandations architecturales.

L’ACN demande, à tous les Nogentais attachés à la défense du patrimoine architectural de la ville de se mobiliser pour sauvegarder la maison de la rue André Pontier, et  la maîtrise des densités et des hauteurs de constructions nouvelles pour faire en sorte que la ville préserve la qualité de l’environnement et du cadre de vie.
Une pétition est mise en place et a déjà receuilli plus de 200 signatures (27/04/06).

Dernière mise à jour de cette page: 8 avril 2006

Laisser un commentaire