Au 25 bis rue André Pontier, une quarantaine de riverains s’opposent à un projet immobilier

Permis de construire / démolir Actuellement occupé par des boxes anciennement destinés à la location, les 318 m2 terrain sont destinés à accueillir quatre maisons de ville développées sur deux bâtiments disposés l’un devant l’autre. Le principe de cette construction consiste en une surélévation et un changement de destination des locaux existants.
 
Le plan de ces maisons de ville montre deux bâtiments d’une hauteur de 12 mètres séparés par un jardin au premier étage. Les bâtiments seront distants de 8 mètres l’un de l’autre.
 
Les bâtiments comprendront quatre logements dont les superficies seront de 114 m2, 109 m2, 94 m2 et 80 m2. Les boxes actuels seront partiellement repris pour assurer le stationnement des propriétaires.
 
Trois recours gracieux ont été adressés au maire de Nogent sur Marne et regroupent au total une quarantaine de riverains. Faisant notamment remarquer que supprimer des boxes est préjudiciable aux riverains car il est très difficile de stationner dans cette zone, ils soulèvent un certain nombre de points ne paraissant pas à leurs auteurs respecter les dispositions du plan d’occupation des sols (POS).
 
De plus, pour obtenir l’accord de la mairie, le projet a donné lieu à un versement de 115 320 euros pour dépassement du plafond légal de densité.
 
Une rencontre a eu lieu entre une des parties ayant engagé un recours et l’architecte (monsieur Lavoute) et le promoteur immobilier (Alliance Elysée). Selon nos sources, cette réunion n’a pas permis de trouver une solution.
 
Pour l’ACN, la mise en place d’un projet à cet endroit n’appelle de notre part aucune remarque. En effet une construction à cet emplacement  ne peut qu’améliorer l’existant. Cependant, la taille globale du projet nous semble sans rapport avec la superficie du terrain et peut avoir des conséquences prévisibles pour les voisins directs.
 
Cette position ne semble pas partagée par le maire qui vient d’écrire (page1 et page2) pour refuser un des recours gracieux.
 
Nous allons donc écrire au maire pour lui faire part de nos remarques concernant ce projet et pour lui demander qu’il intervienne auprès du promoteur afin de trouver une solution acceptable par tous.

4 commentaires sur “Au 25 bis rue André Pontier, une quarantaine de riverains s’opposent à un projet immobilier

  1. Si cela est contraire au P.O.S , écrire au Préfet qui est le garant de ce genre d’affaire.
    demander au Maire qu’est-ce qu’il compte faire de la somme reçu par le promoteur et
    sur quelle rubrique comptable a t’elle été affectée et en temps que Nogentais vous
    souhaitez pouvoir le vérifier .

  2. IL EST CLAIR QUE LE mAIRE EST EN FAUTE CAR LE P.O.S DOIT ETRE RESPECTE ET CE
    QU’IL FAIT EN ACCEPTANT DE L’ARGENT OUVRIRA LA PORTE A D’AUTRES ABUS , CAR
    C’EST BIEN DE CELA QU’IL S’AGIT .

  3. En autorisant sciemment le dépassement du plafond légal de densité, ce qui est de fait une infraction au POS moyennant finances, Mr le Maire fait de l’argent avec le POS-PLU de la Ville, engageant ainsi l’immobilier pour des siècles. L’amende de 115 320 euros sera bien évidemment répercutée sur les acheteurs, contribuant à une augmentation du prix de l’immobilier. Que laisseront nous aux générations à venir? Certainement pas des exemples de moralité.
    Par ailleurs, cet architecte, Mr Lavoute ne serait-il pas aussi celui de la Ville, et rémunéré en tant que tel? Je pose la question. Quelqu’un aurait-il la réponse.

  4. Monsieur Lavoute a été effectivement l’architecte conseil de la ville. A notre connaissance il ne l’est plus.

Laisser un commentaire