Antennes: quand les vrai-faux agents EDF s’invitent chez vous…

Le 17 janvier 2007, deux vrais-faux agents EDF ont pénétré dans le jardin d’une habitante du 92 rue François Rolland avant d’en repartir penauds après intervention de la police municipale et démontage de leur matériel. Contacté par Le Parisien, Bouygues Telecom affirme qu’il s’agissait bien d’agents EDF et précise que ses projets sur Nogent ont été "étudiés et validés" par la mairie. Le maire, pourtant, nous affirme depuis 3 ans que c’est une affaire privée, qu’il n’a rien à voir avec ce dossier et qu’il ne peut rien faire.

La boîte électrique qui a été installée puis démontée dans le jardin privatif.
La boîte électrique qui
a été installée puis
démontée dans le
jardin privatif.

C’est l’histoire d’une dame qui est chez elle avec ses deux enfants de 6 ans et 2 ans le mercredi 17 janvier 2007. Soudain, elle remarque la présence de deux individus qui se sont introduits dans son petit jardin privatif et qui s’affairent pour y installer du matériel électrique.

N’ayant été prévenue ni par le propriétaire de son immeuble, ni par les intervenants eux-mêmes, ni par une quelconque affiche ou mot dans la boîte aux lettres, quelle n’est pas sa surprise ! Il est vrai que la veille, une tranchée avait été creusée dans le trottoir sans que personne n’ait été informé ni qu’aucun affichage n’ait été effectuée. Mais enfin, la propriété privée, ce n’est pas rien tout de même…

Questionnés, les intrus, qui n’ont même pas sonné à la porte, se présentent comme des agents EDF et donnent le numéro de téléphone de leur patron. Celui-ci affirme au téléphone être mandaté par Bouygues Telecom et que le propriétaire de l’immeuble est au courant des travaux.

Vous l’avez compris, la scène se passe au 92, rue François Rolland, en face de l’école maternelle, au pied du Gymnase Christian Marty, là où Bouygues Telecom tente depuis 3 ans d’installer ses antennes dont personne ne veut, ni parents, ni riverains, ni, bien entendu, les locataires de l’immeuble, ni aucun élu.

Enfin, presque aucun élu, puisque notre maire est le seul à n’avoir jamais exprimé d’opposition à ce projet… Mais nous allons y revenir.

Le problème, c’est qu’il y a manifestement intrusion dans une propriété privée. Un acte a priori délictueux. Et que les intrus ont installé une sorte de grande boîte blanche avec des fils électriques à l’intérieur et sans fermeture extérieure. Le genre de truc que les enfants aiment bien explorer.

Que fait la police ?

Le trou dans le trottoir, réalisé sans information préalable ni affichage.
Le trou dans le trottoir,
réalisé sans information préalable
ni affichage.

Bref, la maman, qui n’apprécie pas ces méthodes de voyous, appelle la police municipale qui intervient quelques minutes plus tard. Vérifications d’identité. Et, surprise, les agents EDF ne sont finalement pas du tout des agents EDF… 

Alors qui sont-ils ? Des barbouzes ? Des agents soviétiques perdus dans le temps et l’espace ? Des plombiers nixonniens égarés du watergate ?  Mystère.

L’agent de la police municipale constate l’infraction et transmet les informations à la police nationale. Puis il recommande à la maman de porter plainte en bonne et due forme afin que cette affaire suive son cours. Enfin, il invite les envahisseurs à remballer leur fatras et à retourner sur leur maudite planète. Lesquels ne se font pas prier, démontent ce qu’ils avaient monté et … bonjour chez vous.

Merci la police municipale.

Quand la mairie valide les projets de Bouygues Telecom

Précisons que pour vous raconter ces événements, je m’inspire à la fois

  • du témoignage écrit de la maman en question,
  • de celui de notre président qui est venu rapidement sur les lieux appelé par ladite maman et qui a donc assisté à la quasi-intégralité de cet épisode ubuesque et
  • de l’article du Parisien du 20 janvier.

Ce merveilleux petit article, dans lequel Bouygues Telecom affirme qu’il s’agissait bien d’agents EDF (donc, c’est sans doute l’agent de la police municipale qui devait être un espion bulgare chargé d’intoxiquer les nogentais…) contenait également une affirmation importante :

"Nous travaillons en concertation avec la mairie et tous les projets, passés, présents et à venir ont été étudiés et validés ensemble, précise l’opérateur".

Vous avez bien lu.

Les vrai-faux agents EDF.
Les vrai-faux agents EDF.

Nous qui demandions depuis 3 ans au maire de dénoncer ce projet qui mobilise contre lui absolument tout le monde (sauf lui, le maire)… nous apprenons maintenant qu’il s’agissait d’un projet étudié et validé avec lui.

Mais alors, pourquoi nous raconte-t-il depuis 3 ans qu’il ne peut pas s’y opposer, que c’est un projet privé sur lequel il n’a pas son mot à dire, puisque Bouygues Telecom affirme publiquement qu’il l’avait validé ?

Si Bouygues Telecom disait vrai, on aurait du mal à croire que la prétendue et mystérieuse (pour ne pas dire opaque) négociation actuellement en cours entre la mairie et Bouygues Telecom pour trouver une solution au problème soit bien sérieuse…

De toutes façons, une négociation secrète d’un soit-disant accord tout en continuant les installations, en douce, avec de vrais faux-agents EDF qui pénètrent illégalement chez les gens… tout ceci n’est pas très sérieux.

Une question: quand est-ce que le général Rondot entre en piste ? Parce qu’il ne manque plus que lui, franchement, pour qu’on y croit vraiment… On a envie de dire à Bouygues Telecom: quand allez-vous arrêtez votre numéro comique ? Il ne nous fait plus rire.

A moins que Bouygues Telecom n’ait menti au journaliste du Parisien. Venant d’une entreprise dont seul "l’intérêt général guide les décisions" (dixit l’article), on ne peut qu’exclure cette hypothèse.

A moins que Bouygues Telecom ne soit pas vraiment guidé par l’intérêt général mais uniquement par son propre intérêt et aille jusqu’à… non ? Impliquer le maire à tort ? Mais pour quoi faire ? Pour se couvrir ? Semer la zizanie ? Quel intérêt ?

Je ne vois qu’une seule façon de lever l’ambiguïté : Monsieur le maire, le projet du 92 rue François Rolland a-t-il été, comme l’affirme Bouygues Telecom, étudié et validé par la mairie ? Nous attendons la réponse.

Quand au préfet, qui a invité tout le monde à participer à une réunion (que tout le monde demandait), autant dire qu’en continuant les installations, l’opérateur lui distribue un double soufflet à chaque nouvelle initiative…

Décidément, plus on avance dans ce lamentable dossier, plus on découvre d’insoupçonnables paramètres, on est écoeuré du gaspillage d’énergie, du mélange des genres et de la perte de temps pour tout le monde.

Bien entendu, nous assistons actuellement la maman du 92 rue François Rolland pour porter plainte.

Et nous attendons toujours une date pour la réunion annoncée à la préfecture.

6 commentaires sur “Antennes: quand les vrai-faux agents EDF s’invitent chez vous…

  1. Je me demande quelle serait la réaction des autorités municipales si j’entreprenais de tels travaux sur la voie publique rue des Héros
    Nogentais, aux alentours de la place de la mairie (par exemple).

  2. Bonjour,
    Pas Vrais mais Faux – et pas « VRAIS-FAUX » !
    Ces individus ont usurpés une idendité d’agent EDF
    et celle-ci, à moins d’être complice, devrait aussi porter plainte, non ?
    Avez-vous un contact avec EDF ?
    Slts
    19

  3. Avez-vous entendu parlé de la « Démocratie participative » à Nogent ?
    Si si, elle existe, il y a même un maire-adjoint pour çà.
    Il s’appelle Moretti, il fera peut-être, que dis-je, sûrement, quelque chose pour vous. Sinon, à quoi sert-il ?
    JR

  4. Bonsoir,

    Décidément, on se demande ce qui se passe dans les coulisses des administrations…

    Soit disant que la ville risque des sanctions judiciaires si elle prenait des mesures d’arrêtés…même si elle en risquait, elle ne risque pas plus que le contentieux du parking…

    Nous avons donc 2 possibilités:

    -Soit JJPM persiste et fait de la résistance et que de toute façon, il se fiche de savoir ce que pense les Nogentais de ces projets « immobiliers » et que donc, il restera en décision unilatérale comme il l’a fait pour la voirie, l’éclairage et la signalisation tricolore devant le Lycée Branly…je suis encore obligé d’aller régler ces problèmes auprès du maire sous un climat tendu qui nous met tous dans des conditions assez difficiles pour dialoguer!

    -Soit JJPM sort de son pré carré et dès qu’un projet important de la ville ou immobilier et autres comme les antennes relais est engagé, tous les Nogentais, associations comprises sont informés du déroulement du projet et si désaccord, on dialogue le temps qu’il faut pour arriver à consensus, puis 1 accord pour régler les problèmes rencontrés…dont celui des antennes relais!

    Quoiqu’il arrive de toute façon, cette décision unilatérale n’engage que ceux (Minoritaires!) qui soutiennent ce projet et en aucun cas les nogentais…à eux aussi d’en assumer leur actes!

    Je n’en peux plus de dialoguer dans ce climat tendu, lourd et incertain de ce qui va se passer par la suite et me met dans des conditions peu confortables pour dialoguer correctement…

    @+++

  5. il serait peut etre temps que notre maire choisisse un camp entre ses administrés et TF1+la 1ere boite de BTP de France….

    les élections approchent et les calculs nationaux ne devraient pas lui faire oublier que les maires de nogent qui se sont laissés aller à l’autocratisme ou à privillegier la « haute » politique au terrain furent tous battus à leur plus grande surprise……

    Un coup de chapeau toutefois à la police municipale qui a fait son job malgré la tiedeur de leur patron (notre maire) sur ce sujet.

    Quand à l’usurpation d’identitée, elle est sanctionnée de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende comme le stipule l’article 434-23 du Code Pénal… et très vraissemblablement avec des circonstances aggravantes du fait de l’usurpation de la qualité de fonctionnaire… (l’instigateur du délit devant à mon sens etre considéré comme la personne morale « BT » et non les deux lampistes)

  6. inadmissible bien evidemment.
    A tous ceux qui trouvent qu’il y a trop d’antennes, et bien démontez-les. Puisque le montage se fait dans l’illégalité, utilisez les mêmes règles pour leur démontage. Arretez de subir.
    Avec 2 fois moins d’antennes (mais mieux réparties), on aurait la même qualité de réception. Une solution serait un réseau national, le même pour tous et géré par l’Etat. Cela éviterait la surenchère des différents opérateurs pour avoir la meilleure couverture.

Laisser un commentaire