Une réunion sous le signe de l’ouverture à de nombreuses villes du département

Vendredi 22 juin au soir, l’ACN, la coordination Priartem 94 et Priartem, ont organisé la projection du documentaire « Antennes relais sommes-nous tous des cobayes ? » de la réalisatrice Joaquima Ferreira.

Le documentaire, composé essentiellement de témoignages, a particulièrement intéressé l’ensemble des participants parmi lesquels des élus de plusieurs villes du département (Annie Lahmer, de Nogent sur Marne, Benoît Willot, de Joinville, Philippe Genest, de Bry sur Marne, Guyland Pierre Emile de Champigny sur Marne) mais aussi de nouveaux venus comme le Collectif Vigilance Antennes-Relais de Fontenay sous Bois.

Le débat a permis à des riverains d’antennes d’apporter leur propre témoignage. Agnès Perrin, Présidente de l’Association Santé et Environnement Vieux Saint Maur, a rappelé ses trois ans de combat pour faire enlever des antennes-relais placées à quelques mètres de son appartement. Elle a montré une photo particulièrement choquante de l’antenne posée juste au dessus de la chambre de ses enfants. Son action ainsi que celle de la centaine de membres de son association, a abouti au transfert des antennes dans un cimetière, grâce notamment au soutien de la mairie et qui prend désormais systématiquement des arrêtés municipaux pour encadrer rigoureusement les poses d’antennes à Saint Maur.

Janine le Calvez, Présidente de Priartem, a répondu aux nombreuses questions et a insisté sur la nécessité de maintenir la téléphonie fixe (qui fonctionne très bien sans risques pour la santé), mise à mal par les opérateurs qui souhaitent privilégier la téléphonie mobile. On voit en effet de plus en plus de personnes ne plus avoir qu’un numéro de téléphone portable. Elle a aussi évoqué le Kiditel, ce téléphone avec géolocalisation permettant aux parents de connaître à tout moment où se trouvent leurs enfants. Elle nous a fait part, en avant-première, de la programmation d’une réunion sur le sujet avec le ministère de la santé.

Pour ma part, j’ai souhaité insister sur le respect des témoignages des riverains d’antennes-relais dont les souffrances et les différents symptômes (maux de têtes, vertiges, insomnies, asthénies, nausées,…) ne sont pas reconnus. Plus grave, le discours officiel tend à les discréditer en les faisant passer pour des personnalités psychologiquement fragiles. On a pu noter dans le reportage l’initiative des médecins allemands qui ont signé une pétition pour que soit pris en compte les symptômes évoqués dans leurs cabinets.

Bien des choses ont changé en trois ans, date à laquelle l’ACN a été confrontée à la tentative d’installation sans concertation près du groupe scolaire Val de Beauté à Nogent sur Marne. Comme dans de nombreuses villes du Val de Marne, l’information des riverains et des utilisateurs fait son chemin.

Il nous faut continuer et gagner la bataille de l’information. Alors, si vous n’avez pas encore vu le documentaire, c’est le moment. Et surtout, diffusez-le largement autour de vous !

PS : l’ACN remercie vivement Alain pour son indispensable aide logistique… Il se reconnaîtra.

D’autres photos de la réunion :

Janine le Calvez, Marc Arazi et Agnès Perrin (de gauche à droite)  Agnès Perrin montrant les photos des antennes-relais

2 commentaires sur “Une réunion sous le signe de l’ouverture à de nombreuses villes du département

  1. Le débat était fort important, et je pense qu’il pourra servir à éclairer les nombreux riverains qui sont l’objet de manière régulière de sollicitations de la part des représentants des opérateurs.

  2. effectivement la bataille principale est celle de l’information, les autorités refusent de prendre en compte les risques pour la santé, peut être comprendont elle mieux les arguments concernant le portefeuille.

    Le chaos va s’installer a cause de la pollution electromagnétique:
    http://next-up.org/forum/viewtopic.php?t=213

    le cout pour la collectivité pourra être plus important que pour l’amiante!

Laisser un commentaire