Réunion publique Pole Leclerc : que reste-t-il du projet initial?

Avenue de Joinville, septembre 2009

Avenue de Joinville, septembre 2009

Avenue de Joinville, novembre 2008

Avenue de Joinville, novembre 2008

La réunion publique sur le projet du Pôle Leclerc a réuni un grand nombre de Nogentais. Tout en rappelant notre accord avec le principe d’une revalorisation de cet espace, nous avons exprimé notre vive inquiétude sur ce projet.

L’équilibre obtenu en novembre 2008 a volé en éclat: la progressivité des hauteurs avenue de Joinville n’existe plus, la perspective Baltard est qualifiée d’absurdité et la surface commerciale est divisée par deux.

Le projet présenté est avant tout celui d’Eiffage, de la RATP et d’une résidence hôtelière, dont les intérêts sont préservés. Le cadre de vie, lui, n’est pas une donnée. C’est une variable.

Il est urgent de revenir aux fondamentaux: absorber les hauteurs par une progressivité croissante, mettre en valeur Baltard, donner leur place aux commerces. Il y a encore du travail.

Par ailleurs, aucune animation 3D à hauteur d’homme n’a été projetée. Les perspectives des images ont été étudiées pour masquer l’effet de masse auquel nous seront pourtant confrontés tous les jours. Cette présentation orientée du projet est extrêmement inquiétante. La réalisation d’une animation similaire à celle des deux autres réunions publiques est indispensable.

Les belles images

Comme nous l’avions prévu, on nous a montré de belles images d’architecte.

Les perspectives étaient systématiquement étudiées pour ne jamais montrer la hauteur des bâtiments telle qu’elle sera perçue à hauteur d’homme. La comparaison des volumétries a systématiquement été effectuée en utilisant des « vues de pigeon » comme l’a très bien indiqué une participante.

Les vues esthétiques étaient axées pour masquer les bâtiments les plus hauts. Disparues également les vues que nous avions publiées la semaine dernière sur ce site.

gare-septembre2009

Gare en septembre 2008

gare-novembre-2008

Gare en novembre 2008

On s’est bien gardé de montrer ces angles aux participants. Ils auraient pu comprendre où on veut les mener.

On nous avait promis en atelier une animation 3D réaliste similaire à celle de juin 2009 et de novembre 2008. Trop dangereux, apparemment. Les Nogentais auraient peut-être pu se rendre compte de la catastrophe annoncée.

Pour vous donner une idée, regardez simplement celle de juin. Pour ce qui est de la volumétrie de l’avenue de Joinville, rien n’a fondamentalement changé.

La progressivité des hauteurs: oubliez la.

Nous sommes inquiets car nous voyons que le montage financier du projet utilise la volumétrie et le cadre de vie comme une variable d’ajustement. L’analyse que nous avons avancée la semaine dernière reste pertinente.

Depuis juin, il n’a pas été question de toucher aux contraintes d’Eiffage, ni à celle de la RATP, ni à celle de la résidence hotelière. On a simplement renoncé au principe de progressivité des hauteurs. C’est à dire au point essentiel qui rendait ce projet acceptable en novembre 2008 et qui permettait de l’insérer dans la ville.

Résultat: les deux bâtiments les plus élevés de la Place Leclerc seront prolongés d’un autre bâtiment beaucoup plus long et beaucoup plus massif.

Au lieu d’absorber les erreurs de la Place Leclerc, on nous propose de les augmenter. Cela n’a aucun sens pour les Nogentais. Même si cela satisfait Eiffage.

Sur le plan de la volumétrie et des hauteurs, ce projet est le même qu’en juin 2009. Il n’a été modifié que marginalement et travaillé sur le plan esthétique. C’est l’esthétique qu’on a mis en avant lors de cette réunion. Il ne faut pas s’y tromper.

La perspective Baltard: quelle bêtise !

baltard-2-septembre-2009

Perspective Baltard en Octobre 2009

Baltard-3-novembre-2008-distances

Perspective Baltard en Novembre 2008

Quant à la perspective Baltard, le grand architecte Jean-Paul Viguier la considère comme une absurdité, jugeant que Baltard n’a d’intérêt que de près. D’ailleurs « le Pavillon n’a pas été conçu pour être installé à Nogent » et donc la notion de perspective n’a aucun sens. (Et l’obélisque de la Concorde, me direz-vous ? Bah…)

Pauvre Baltard. Nous qui pensions qu’il constituait un élément essentiel du patrimoine nogentais… qu’un des objectifs de ce projet était de le mettre en valeur, afin de compenser la construction gigantesque qu’on nous propose de construire avenue de Joinville…. Nous n’avions rien compris.

Ce n’est pourtant pas nous qui avons inventé ce concept. Voir page 3 et 4 du document d’octobre 2008.

En novembre 2008, elle faisait 22 mètres de large en son point d’entrée avenue de Joinville. Aujourd’hui, elle ne fait plus que 14 mètres. Soit 36% de moins.

Comme l’ont reconnu les intervenants, la perspective Baltard ne sera rien d’autre qu’une « promenade » qui permettra d’aller à Baltard sans faire le tour via la rue Victor Hugo.

Dommage que depuis le début cette perspective ait été avancée comme l’un des points fort du projet.

Si ce n’est plus un point fort, c’est parce qu’il a fallu la sacrifier. Car il fallait trouver des m2 pour les bureaux d’Eiffage et de la RATP qui ne tenaient plus dans le bâtiment principal, suite à la découverte tardive de l’impossibilité de construire sur les pointes du terrain de la gare.

Deux fois moins de commerces que prévu

Quant aux commerces, nos inquiétudes sont confirmées: de 3500 on est maintenant à 1800. Comme le reste, les commerces sont sacrifiés au bénéfice des bureaux d’Eiffage, de la résidence hôtelière et de la RATP.

Argument principal: il ne faut pas faire concurrence aux commerces de la Place Leclerc. Comme si la Place Leclerc présentait aux riverains une offre commerciale suffisante à leurs besoins…

On a de quoi être inquiet.

Ce projet doit revenir à ses fondamentaux

Cette réunion a confirmé nos inquiétudes: l’ensemble des arguments qui permettaient à ce projet de trouver un équilibre en novembre 2008 ont disparu:

  • Progressivité des hauteurs avenue de Joinville abandonnée
  • Surface commerciale réduite de moitié
  • Perspective Baltard abandonnée et même considérée comme absurde.

Ce projet doit impérativement être revu pour intégrer ces éléments essentiels. C’est d’ailleurs ce que le maire a laissé entendre à la fin de la réunion. Espérons que cela soit le cas.

position-adn-leclerc-octobre-2009

Position de l'AdN sur le projet en octobre 2009 (faites circuler)

Faites circuler la position de l’AdN (Fichier pdf, 600 Ko)

Laisser un commentaire