20 ans, déjà. 20 ans, seulement ? Mais, surtout, 20 ans… pour quoi faire ?

Nous nous sommes réunis vendredi 6 juin 2008 lors d’un Pocoto spécial pour célébrer les 20 ans de l’ACN.

« 20 ans, déjà. 20 ans, seulement ? Mais, surtout, 20 ans… pour quoi faire ? »

Il y a 20 ans, une poignée de Nogentais ont eu pour volonté commune :

  • de préserver et la qualité de vie du quartier du Coteau de Nogent sur Marne
  • de défendre et sauvegarder les constructions et les biens des personnes et de préserver l’identité du Coteau.

De cela nous devons leur dire “Merci”.

L’association créée en 1988 par ces quelques Nogentais compte aujourd’hui:

  • 2 agréments préfectoraux
  • plus de 100 adhérents

La célébration de ces 20 ans a été l’occasion de rendre hommage aux fondateurs de l’ACN et rappeler que les valeurs qu’ils défendent depuis 20 ans définissent les fondamentaux de l’association.

Les défis à relever sont nombreux, mais les vingt années passées ont montré qu’il y avait toujours une solution et nous sommes donc confiant pour les vingt années à venir.

Forcément, en 20 ans, l’association a beaucoup changé. Reflet du changement de Nogent, des Nogentais, mais aussi de l’évolution des pratiques et des modes de communication, l’ACN a su prendre le virage.

La visite de la délégation chinoise restera sans doute sur ces 20 ans l’un des épisodes les plus originaux de l’ACN auquel jamais les fondateurs n’auraient pensé à l’origine. Quand on est lu et consulté par des associations chinoises qui s’interrogent sur la façon de préserver leur patrimoine architectural, forcément, ça élargit l’esprit ! Ca ouvre des perspectives.

Imaginez la chose: une ville comme Nogent dont la population est multipliée par 10, par 15 peut-être en 2 ans. Les bulldozers qui rasent tout. Des autoroutes qui se chevauchent entre les tours. Dans l’enthousiasme en plus! Rendements et pollution au maximum. On avance, on fonce. On détruit, on construit. Allez ! Et là, quelques pékins (je sais, c’est facile…) qui cherchent à préserver ce qu’il est possible de préserver du passé, du silence, quelques arbres, et pour qu’un peu de leur patrimoine puisse être transmis précisément dans l’avenir…  Se dire qu’il y a des ACN en Chine, et que leurs adhérents nous lisent sur Internet, c’est quand même quelque chose !

En fait, ce n’est pas l’ACN qui a changé en 20 ans, c’est le monde.

Mais, tout en ayant changé, certaines données restent les mêmes. La première, essentielle, c’est que sans énergie, sans volonté, sans disponibilité, sans talent, on ne fait rien.

On dit toujours qu’une association, ce sont d’abord ses adhérents. On a raison. Mais, une association, ce sont surtout des adhérents actifs, qui lisent les documents, rédigent les courriers, passent des coups de fils, participent aux réunions. Ces adhérents là, ce sont eux qui amènent les autres.

Sans eux, pas d’association.

Alors à tous ceux-là, qui depuis vingt ans ajoutent leur pierre à l’édifice: bravo !

Laisser un commentaire