Le maire admet l’incertitude scientifique mais n’annonce pas d’arrêté

Comme prévu, une délégation d’une dizaine d’administrateurs de l’ACN s’est rendu hier soir au conseil municipal et a diffusé un courrier adressé au maire et à tous les conseillers municipaux.
 
Avant le démarrage "officiel" du conseil , Monsieur Martin a assez longuement évoqué la pose d’antennes-relais au 92 rue François Rolland. S’ il admet qu’aujourd’hui il existe un "doute scientifique" (il évoque la double enquête de l’IGE et de l’IGAS suite à la remise en cause de l’expertise de l’AFSSET), il souhaite voir rapidement clarifier les risques sanitaires. Le maire a écrit en ce sens au ministre de la santé, mettant en copie le préfet du Val de Marne.
 
Toutefois il n’en tire aucune conséquence et n’a évoqué aucune décision concrète pour arrêter l’installation en cours.
 
Les représentants des groupes d’opposition ( Verts, Alliance pour Nogent) se sont exprimés à leur tour et ont pour le moins critiqué la gestion de la situation par la mairie. L’élue représentant les Verts soutenant l’idée que dans ces cas et face aux opérateurs," la désobéissance civique se justifiait".
 
Un compte-rendu plus fourni  sera publié rapidement d’autant que nombres d’autres sujets suivis par l’ACN ont fait l’objet d’annonces ( Pontier, A4 A86, SCI Carnot, dépollution ancienne école Marie Curie…).
 
Avant le conseil, les associations Priartem et Agir pour l’environnement ont fait paraître hier un communiqué de presse national pour soutenir l’action de l’ACN et demander à notre maire son intervention.
 
Quelques médias ont relayé les derniers événements, le Parisien Val de Marne, le Journal 20 minutes de ce jour.
De plus un journaliste d’Europe 1 était présent hier soir lors du début du conseil, il a pu aussi se rendre sur le site et interviewer le maire ainsi que l’ACN.
 
Les travaux de l’opérateur continuent à marche forcé et alors que la mairie et l’ACN était opposés à une intégration paysagère près des écoles afin de connaître avec certitude l’orientation des antennes-relais et bien que fait-il ? Il continue quand même. C’est la concertation façon Bouygues Telecom.
 
Devant l’urgence à faire stopper les travaux, l’ACN prend ses responsabilités et appelle à un rassemblement le samedi 7 octobre à 10 h devant la mairie .
 
Nous comptons sur une mobilisation importante de tous les Nogentais et des Val de Marnais, les antennes-relais nous concernent tous et plus de cinq écoles Nogentaises sont concernés par une diffusion à moins de 100 mètres (Groupe Val de Beauté, Paul Bert, Guy Moquet, Fontenay, Albert de Mun).
 
Je tiens à remercier sincérement tous ceux qui nous laissent des messages de souien sur le site ou en dehors.

7 pensées sur “Le maire admet l’incertitude scientifique mais n’annonce pas d’arrêté”

  1. Nous serons nombreux à venir samedi manifester devant la mairie, la santé de nos enfants en dépend !

  2. On voit comment le principe de précaution (gravé dans la CONSTITUTION FRANCAISE) est baffouée tous les jours.
    Les opérateurs ne peuvent rien contre la loi du marché, alors si nous autres consommateurs, on boycotte leurs produits, ce serait notre
    façon utile de leur faire un contre pied: alors BOYCOTTONS les produits BOUYGUES TELECOM tout simplement!

  3. 20 minutes a publié aujourd’hui un petit article sur notre sujet..

    l’argent rend fou …

    en d’autres temps, ces mêmes “corporate” tenaient un discours identique sur l’amiante … sa dangerosité n’etait pas établie…

    des milliers de gens en sont morts…

    ici, il s’agit de nos enfants !

  4. Bonsoir.
    Si vous me lisez, c’est que mon message n’a pas été censuré. Alors bravo. Pourquoi serais-je censuré: parceque je ne suis pas d’accord avec l’ACN sur ce seul point. La loi, c’est la loi, applicable à tous. Or, BT est dans légalement dans son droit, meme si l’opérateur est moralement dans son tort. Alors la désobeissance civile, NON. En revanche, faire changer la loi, c’est ce vers quoi l’ACN doit oeuvrer, et elle le fait bien savoir. Quant au BOYCOT de BT, OUI.
    Bien amicalement à tous

  5. Bernard, nous ne censurons aucun message sauf si nous estimons que notre responsabilité juridique pourrait être mise en cause. Je suis le webmaster de ce site et, crois-moi, je prends cette question très au sérieux.

    Les remarques sur la désobéissance civile, si j’ai bien compris, proviennent d’une élue des Verts au conseil municipal. Elles n’engagent qu’elle. Pour ce qui me concerne, je les trouve excessives et dangereuses. L’ACN n’a pris aucune décision dans ce sens.

    Bouygues Telecom se comporte d’une façon cavalière sur ce dossier depuis 2 ans et nous joue le numéro de l’entreprise responsable par ailleurs. C’est hypocrite et lamentable. Et c’est surtout voué à l’échec car notre détermination est totale. Nous n’avons pas investi 2 ans de notre temps dans ce dossier pour nous arrêter là.

    Maintenant, s’agissant du respect de la loi, je te rappelle que la Charte de Nogent a été signée par le maire et par BT. Elle implique le respect par ce dernier de l’opinion des habitants (article 5). Elle prévoit la sélection d’un autre site (même article). En France, le contrat a force de loi pour les parties qui l’on signé.

    Par ailleurs, je t’invite à prendre connaissance du rapport de l’IGE/IGAS. En tant que scientifique, tu apprécieras certainement. Jette un oeil à partir de la page 36 du document, et en particulier le point 3.3.3 page 41 le passage qui indique que 4 membres du comité d’experts indépendants étaient purement et simplement rémunérés directement ou indictement par Bouygues Telecom et par France Telecom. Tu ne crois pas qu’il y a un problème là ? D’après le reportage de France 2 (voir à droite la vidéo), le président du groupe d’experts était payé par Bouygues Telecom. http://www.agirpourlenvironnement.org/pdf/rapportafsse.pdf

    Où sont-ils les "experts indépendants" qui nous ont dit que l’amiante n’était pas dangereuse pour la santé depuis des décennies ?

    Amicalement,

    Laurent

  6. Hélas, la Haute-Savoie est un peu loin de Nogent, mais de coeur nous soutenons votre action.
    Comme partout, chez nous, de nouvelles antennes antennes s’installent ou veulent s’installer, surtout celles de Bouygues. Et eci sans concertation aucune avec les riverains. Or, comme ailleurs, les gens savent qu’il y a des personnes précises qui souffrent parfois atrocement de l’influence de ces antennes du fait du rayonnement électromagnétique pulsé, certains ont dû déménager avec des pertes de valeur énorme, une entreprise artisanale chez nous a dû fermer parce que ni patrons ni employés n’ont pu supporter les effets du pylône à côté, , dans un autre cas on a installé vité fait un pylône directement à côté d’une école maternelle que devra fréquenter un petit leucémique (“leucémie rare” comme d’habitude) de 4 ans (la maman est enseignante dans cette école et elle est catastrophée), un jeune Monsieur est mort d’une leucémie soi-disant “en rémission”, mais lorsqu’il est revenu chez lui il a trouvé une antenne sur l’extérieur du mur de sa chambre à coucher et malgré ses supplications one l’a pas enlevée : en 3 mois il était mort; en face de cette antenne un autre Monsieur est mort d’une ” leucémie foudroyante”

  7. Salut Bernard
    Tout à fait d’accord avec toi sur la cruelle carence législative.
    Que faire ? Laisser faire : pas question !
    La moralité devrait toujours avoir le dessus, surtout quand la loi fait défaut, comme dans le problème des antennes-relais.
    Plutôt que de compter les points et d’attendre une issue “légale” et utopiste, un moyen tout à fait légal, c’est de bouger son popotin samedi matin à 10h devant la mairie de Nogent-sur-Marne pour demander que des lois adaptées existent enfin.
    Et celà, ce n’est pas le rôle de l’ACN toute seule, face au reste du monde.
    C’est l’affaire de tous.
    Tu vois ce qui te reste à faire…
    Moi, j’y serai !

Laisser un commentaire