Tronc commun A4-A86 : qu’en pense l’ACN ?

Réunion de concertation du 13 novembre 2006 à Nogent sur MarneLa réunion de mardi soir nous a permis d’exprimer une première position sur ce dossier. En résumé : l’élargissement du tronc commun, c’est simple, nous sommes contre. Sauf à ce qu’une démonstration implacable nous prouve le contraire, le projet ne résout pas le problème du trafic, présente des risques de nuisances à venir, et est extrêmement coûteux. Le projet B, qui est essentiellement de nature environnementale, est très intéressant. Il faudra, bien entendu, l’étudier de près, mais nous sommes disposés à participer aux discussions pour que le choix final soit le plus conforme aux intérêts des nogentais.

Mardi soir s’est tenue la seconde réunion publique de concertation sur le projet d’aménagement du tronc-commun A4-A86, à l’école primaire Val de Beauté de Nogent sur Marne (la première s’était tenue à Joinville et nous vous en avions fait part ici). Une centaine de personnes environ étaient présentes dans la salle dont le maire, l’ancienne maire, des élus d’opposition et la députée, arrivée tardivement pour cause d’embouteillages…

Voyons d’abord le texte de l’intervention de Marc au nom de l’ACN et qui exprime notre position à ce stade de la discussion, en fonction des éléments dont nous disposons. A la fin de cet article je vous livrerai également quelques impressions personnelles…  Enfin, si vous ne comprenez rien, je vous rappelle que tous les éléments sont sur le site de la concertation. Je vous conseille de passer une dizaine de minutes sur le site et en particulier de lire le dossier de concertation qui contient tout ce que tout le monde devrait savoir concernant le projet officiel.

La position de l’ACN à ce stade de la concertation (telle qu’exprimée le 14 novembre lors de la réunion publique) :

L’ACN a assisté à la première réunion de concertation qui s’est tenue à Joinville le 8 novembre 2006.
 
Je crois qu’il en est très clairement ressorti, comme l’a titré le Parisien Val de Marne le 10 novembre 2006 qu’à Joinville « les habitants sont hostiles à l’élargissement du tronc commun A4-A86 », de même que les élus de toutes tendances et que les associations et qu’il y subsiste les traces d’un traumatisme profond lié à l’historique de ce dossier vieux de 30 ans.
 
Pour en venir à Nogent sur Marne, nous sommes quant à nous plus particulièrement préoccupés par les nuisances de toutes natures générées par le niveau de la circulation sur le tronc commun A4-A86.
  • le trafic, sur ce tronçon considéré longtemps comme la source du plus gros bouchon d’Europe, la mise en place d’une voie auxiliaire ouverte en cas d’embouteillage voici un an par la Direction Régionale de l’Equipement (DRE) nous est présentée comme concluante et ayant permis de fluidifier le trafic.
  • les nuisances sonores, les bruits de l’autoroute particulièrement par vent d’ouest sont rabattus directement vers les habitations et les jardins du Coteau, de la corniche, de l’île de beauté, de l’île des loups et nuisent à la qualité de vie des habitants de ces quartiers.
  • les pollutions de l’air (dioxyde d’azote) : d’après la dernière étude publiée sur le site de la concertation, elles sont à Nogent sur Marne  directement liées à l’axe A4-A86. Pour mémoire la station Air Parif de Nogent se trouve en centre ville près de la bibliothèque municipale.
 Après avoir pris connaissance des documents mis à notre disposition, des remarques des joinvillais et des commentaires postés sur le site de la concertation, le conseil de l’ACN réuni dimanche 12 fait part de ses premières observations :
  • Sur l’élargissement des viaducs dit "scénario A", à ce jour, l’ACN n’est pas convaincue par les arguments avancés en faveur de ce projet. En effet :
  • Rien ne montre que ce projet apporterait une amélioration réelle de la circulation puisqu’il est probable que les embouteillages ne seraient que déplacés vers l’aval. Un tel déplacement justifie-t-il un pareil investissement public ?
  • Aucun argument décisif ne permet d’établir que les nuisances sonores actuelles et de pollutions de l’air seront amoindries. En l’absence d’arguments solides, il nous paraît clair que le trafic sera augmenté et que les pollutions le seront également.
  • Nous nous interrogeons sur l’opportunité d’un tel élargissement au moment où la place de la voiture à moyen et long terme dans notre quotidien est largement remise en question. Il nous semble que « la solution globale » aux problèmes de circulation passe probablement par une mixité des réponses associant la route et les transports en commun.
  • Par ailleurs, nous rappelons que ce scénario avait déjà été envisagé lors de l’étude menée par la DRE pour le tunnel sous fluvial en 1997 et qu’elle avait conclu à l’époque que "la solution d’aménagement à 5 voies du tronc commun présente un impact environnemental et urbain non négligeable sans apporter pour autant une réponse fonctionnelle satisfaisante » (page 29). Nous souhaiterions savoir quels éléments nouveaux infirment aujourd’hui l’analyse de 1997.
  •  Sur le projet dit "scénario B": l’ACN est prête à participer à la concertation avec la DRE, les élus et les associations des villes concernées et à travailler sur un ou des projets permettant d’apporter une amélioration environnementale significative.
Nous suggérons que soit mise à disposition par la DRE une cartographie acoustique et des pollutions de l’air beaucoup plus précise et lisible type IGN ou Google Earth afin que les riverains concernés puissent visualiser la situation de façon opérationnelle.
 
Enfin, l’ACN tient à souligner  qu’une concertation sur un sujet de cette ampleur  ne peut se dérouler dans des délais aussi courts, compte tenu de sa technicité et de la masse des documents à consulter. Pour ces raisons, nous demandons le déplacement de la réunion de synthèse prévue fin décembre à la deuxième quinzaine de janvier afin que riverains et associations puissent pleinement et sereinement travailler sur ce dossier.

Quelques impression sur la soirée

M. Tiffon de la Commission Nationale du Débat PublicIl ressort de la soirée que tous ceux qui ont pris la parole se sont exprimés contre l’élargissement du tronc commun (projet A). La discussion a plutôt porté sur la nature des protections anti-bruit et la nécessité de trouver le bon compromis entre leur efficacité, leur esthétique et leur coût. Certains ont évoqué des problèmes particuliers liés à leur position géographique, d’autres ont regretté l’abandon du projet sous-fluvial en estimant qu’on est mieux loti à l’ouest de Paris pour ce genre d’investissements. La question plus large de la nécessité d’un plan d’ensemble des transports sur la région a bien entendu été posée, avec le retour du projet Orbitale (métro en rocade autour de Paris) en ces périodes électorales…

Des représentants de l’ASEP de Joinville a confirmé être en plein accord avec notre position.

Jusque là, le fonctionnement de la concertation et notamment le rôle de modérateur/animateur de la Commission Nationale du Débat Public semble réellement utile et, par comparaison avec la parodie lamentable de concertation sur le dossier des antennes-relais, fait figure de modèle.

Les intervenants de la direction régionale de l’équipement ont répondu aux questions sans détours. Un expert des questions de mesure pollution sonore était présent et a pu donner des explications sur le fonctionnement des mesures. On a ainsi appris que les conditions climatiques sont prises en compte lors des mesures. Une personne de la DRE a fourni des précisions sur la nature du revêtement de chaussée utilisé actuellement sur le tronc commun et ses propriétés anti-bruit (elles sont excellentes).

Des simulations des niveaux de bruits avec d’autres types de protections que celles figurant dans le dossier de concertation vont être réalisées suite à la réunion.

Vous pouvez bien sûr intervenir directement sur le site de la concertation. Toutes les idées exprimées dans les réunions et sur le site seront prises en compte dans le rapport final de la Commission. Profitez-en.

Vous pouvez aussi rencontrer un représentant de la direction régionale de l’Equipement qui tiendra une permanence le 22 novembre de 16h à 19h à la mairie de Nogent sur Marne pour répondre à vos questions. Vous pouvez également nous faire part de votre position (ici ou publiquement via les commentaires en bas de cet article ou encore en participant à notre assemblée générale, après avoir adhéré, bien entendu !). Le calendrier des autres réunions est ici.

5 pensées sur “Tronc commun A4-A86 : qu’en pense l’ACN ?”

  1. Bonjour,
    Pour info, je vous transmets ci-dessous la contribution écrite que j’ai envoyée il y a quelques jours dans le cadre de la
    concertation sur le tronc commun A4-A86 et la réponse qui m’a été donné. Il me semble important, puisque ma position
    semble partagé par l’ACN (et semble-t-il également par une large majorité des personnes présentes à la réunion de mardi),
    que chacun envoie un courriel à l’adresse mail destinée à cet effet, afin de pouvoir peser au maximum sur la décision qui sera
    prise à ce sujet.
    Cordialement,
    EB

    —–Message d’origine—–
    De : eric birambeau [mailto:biramboXXXX]
    Envoyé : vendredi 10 novembre 2006 12:02
    À : XXXX
    Objet : A4-A86 : concertation

    Bonjour,
    Nous sommes nogentais habitant près des bords de Marne et nous
    souhaitons avant tout moins de nuisances sonores. C’est la priorité. Concernant
    les projets : il conviendrait de privilégier le moins honéreux (donc
    certainement celui qui n’implique pas d’élargissement) et que le
    Ministère de l’Equipement et toutes les collectivités concernées investissent
    massivement dans les transports en commun. Permettre à plus de
    vehicules de s’engouffrer sur cette partie commune A4-A86, c’est repousser aux
    portes de Paris (Porte de Bercy) le problème. Donc, à mon sens, statu quo
    concernant la situation et investissement rapide dans les trains, bus, métros, RER
    etc.
    Et surtout mise en place de réelles protections phoniques depuis Bry
    jusqu’au bois de Vincennes (et non jusqu’au Pont de Nogent comme cela
    semble avoir été décidé).
    Bien cordialement,
    Eric Birambeau

    De: “”GUELLAB Gaëlle – DREIF/DIT/GR”" Ajouter au carnet d’adresses
    À: biramboXXXX
    Objet: RE: A4-A86 : concertation
    Date: Thu, 16 Nov 2006 09:36:05 +0100

    Bonjour,
    Merci de votre participation à la concertation.
    Vos remarques et suggestions seront prises en compte dans le bilan de
    la concertation.
    Cordialement.

  2. Bonjour Eric, je me suis permis de modifier le commentaire que tu viens de passer ci-dessus car il fait apparaître les adresses emails (la tienne et celle de ton correspondant). Le risque est que ces adresses soient automatiquement récupérées par des robots et utilisées pour envoyer du spam. J’espère que cela ne pose pas de problème.

    Pour le reste, tu as raison : plus il y aura de messages envoyés à la concertation, plus le message sera clair et donc bien retranscrit dans le rapport final. Vous pouvez vous exprimer directement sur le site de la concertation à : http://www.concertation-a4a86.fr/debat_message.php

    A vos claviers !

    Laurent (webmaster ACN)

  3. ma position est peut-être plus tranchée ;rungis étant un lieu de rendez-vous des gros camions , ceux -ci devraient rejoindre la francilienne pour rejoindre le nord ou l’est de la france ; un controle serait fait à la sortie du MIN avec l’apposition d’un badge par un policier ; la nuisance sera réduite en éloignant le trafic poids lourds ; en ce qui concerne les voitures particulières ,aucun plan à 5 ou à 10 ans n’étant défini pour les transports en commun , celles-ci seront toujours sur l’A 86 et l’A4 .
    Interdire sous peine d’immobilisation des camions pendant 3 jours ouvrables , tous ceux qui font uniquement du transit ; cela est très facile à controler en obligeant les poids lourds a être muni d’un système de localisation

  4. Soucieux de ménager les deniers publics des Nogentais ont suggéré que soit étudiée une solution moins onéreuse pour les murs anti bruits qui puisse utiliser l’infrastructure actuelle et qu’un compromis raisonnable soit trouvé entre le coût et l’efficacité de la lutte contre le bruit.
    Une Nogentaise regrette l’esthétique discutable du mur anti bruit qu’elle qualifie, justement me semble t-il, de “gros boudin vert”.
    Gros boudin vert ou petit boudin vert, ne pourrait-on demander à la DRE de réaliser une portion de la protection en question, en vrai grandeur, afin de pour se faire une idée précise du résultat car si la proposition actuelle est retenue, la vallée de la Marne sera défigurée pour longtemps.
    Qu’en pensez vous ?

  5. bonjour, ma petite contribution : 0) Ce ‘petit chemin’ (A4-A86) permet une liaison vers les autouroutes A1 A6 A5 et A4. 1) d’après ce que j’ai lu, le projet aurai un financement public/privé. Qui est le privé ? au choix une société d’autoroute ? 2) lors de la création du parc EuroDisney en 1992, la saturation des voies de communication étaient déjà annoncées !!! 3) Où en est on de ces merveilleux projets d’autoroutes qui devaient passer sous Paris ? 4) Pourquoi cette urgence soudaine ? dans un ou deux ans avec les diverses directives européennes, un tel projet pourrait il encore exister ? Directive européenne 2002/49/CE sur le bruit dans l’environnement 4) A l’heure où tous les candidats aux diverses élections à venir semblent être en accord (pour une fois !) sur la question de l’environement, l’urgence n’est il pas d’attendre ? Le remède pouvant être pire que le mal ! 5) La dernière réunion a lieu à la préfecture de Créteil le 20 dec. Deux conclusions : a) Les bords de marne méritent mieux. b) début de la chanson ‘ce petit chemin’ de Mireille Pour aller à la Préfecture Prends la route numéro trois Tu suis la file des voitures Et tu t’en vas tout droit, tout droit… C’est un billard, c’est une piste, Pas un arbre, pas une fleur, Comme c’est beau, comme c’est triste, Tu feras du cent trente à l’heure Mais moi, ces routes goudronnées, Toutes ces routes Me dégoûtent, Si vous m’aimez, venez, venez, Venez chanter, venez flâner Et nous prendrons un raccourci : Le petit chemin que voici… Ce petit chemin… qui sent la noisette Ce petit chemin… n’a ni queue ni tête On le voit Qui fait trois Petits tours dans les bois

Laisser un commentaire