Communiqué de l’ACN sur les travaux du lycée E.Branly

 
Depuis plus de deux ans l’Association du Coteau de Nogent (ACN), demandait à la région en charge des travaux du Lycée Branly, ainsi qu’à la Mairie, la mise en place de réunions afin d’organiser au mieux l’énorme chantier que représente la rénovation du Lycée-Collège Edouard Branly (plus de deux ans de travaux).
 
L’ACN avait écrit en septembre 2005 à la vice-présidente de la Région Ile de France, Madame Gourevitch, pour lui faire part de ses inquiétudes et de son souhait d’une concertation préalable soit organisée. Cette demande est restée sans effet malgré le soutien de la Mairie qui a poussé pour qu’une date soit trouvée et en dépit de l’obligation légale d’associer l’ACN du fait de son agrément préfectoral au titre de l’urbanisme et de la protection de l’environnement.
 
La réunion d’hier, organisée un mois avant le démarrage des travaux (12 juin 2006), a montré le peu de cas que les responsables de la Région font pour les nuisances à venir pour les riverains, et le mot semble faible.
 
Plus grave encore, certains riverains ont reçu dans leur boîte aux lettres, daté du 5 mai, une assignation d’huissier datée du 5 mai 2006 les convoquant pour un référé-préventif devant le Président du tribunal de grande instance de Créteil, le lundi 15 mai à 13h30. L’ACN se fait le relais des adhérents et des riverains concernés pour regretter vivement le manque grave d’information préalable et le délai notoirement insuffisant accordé pour organiser la défense de leurs intérêts : quatre jours ouvrables. En raison de la nature très particulière des sous-sols du Coteau, que l’ACN connaît bien, la mission donnée à l’expert doit être rédigée soigneusement et complétée car, en l’état, la mission prévue par la Région nous paraît :
 
• insuffisamment protectrice pour les riverains,
• oublie de nombreux riverains en aval du Lycée et en particulier dans le bas de la rue Bauyn de Perreuse et la rue Carnot,
• d’une durée trop limitée dans le temps car les désordres peuvent apparaître après l’achèvement des travaux.
 
Il est évident que la Commune de Nogent-sur-Marne doit aussi se préoccuper des conséquences possibles sur les voies publiques du trafic intense des véhicules de chantier.
 
L’ACN a demandé hier soir aux représentants de la Région  :
 
• de mettre à disposition de l’ACN par l’intermédiaire de la Mairie l’ensemble des études réalisées pour s’assurer que les règles inscrites au POS sont respectées, notamment les études de sols,
 
• qu’une concertation soit mise en place entre les avocats de la Mairie, de la Région et l’ACN afin de s’accorder, si possible, sur le périmètre de la mission de l’expert avant l’audience de lundi 15 mai 2006 de façon à mieux défendre les riverains des conséquences possibles des travaux.
 
Enfin, l’ACN rappelle qu’elle soutient totalement le projet de rénovation du Lycée E. Branly qui doit permettre aux 1500 élèves que le fréquentent de poursuivre leurs études dans les meilleures conditions possibles.
 

3 commentaires sur “Communiqué de l’ACN sur les travaux du lycée E.Branly

  1. Faute de pouvoir juger par moi même de l’importance des travaux qui seront effectués,
    j’adhère totalement à la position de l’ACN qui a prouvé par le passé sa capacité et
    ses compétences pour traiter des dossiers complexes.
    Je regrette le cruel manque d’informations de la mairie et de la région sur un tel dossier,
    auprès des riverains concernés : Rue Carnot, Rue Leprince, Rue de Beauté,
    Rue Bauyn de Perreuse et Rue Francois Rolland.
    Habitant à l’angle de la Rue Bauyn de Perreuse et Rue Francois Rolland,
    je ne compte plus les poids lourds qui rasent ma maison avec tous les dangers
    possibles pour les jeunes pietons qui sont nombreux du fait de la proximité
    du groupe scolaire.
    Je rappelle enfin que la Rue Francois Rolland est interdite aux poids lourds
    excedant les 3,5 tonnes …

  2. Depuis plus de 20 ans, on nous promet la rénovation du bas du coteau (rue Roilland, Carnot , Leprince. Des projets existent. Généralement, ils apparaissent au moment des élections municipales. Mais comme il y a toujours des travaux en amont de cette zone, les travaux, promis – juré auront lieu tout de suite après. Mais il y a toujous un après.
    Alors je propose , devant l’état de vétusté avancé de la rue Carnot, sur sa partie finale , de la transformer en zone carrément rurale, avec de l’herbe et des arbres, un caniveau central , une circulation uniquement piétonnière, où seuls seront admis, les véhicules du médecin, de la police et des pompiers, comme cela existe dans certaines iles de la Mer du Nord, les chevaux et les ânes.
    C’était une boutade, bien sûr. Encore que…

    C’était une boutade, bien sûr

Laisser un commentaire