Médiation du préfet: l’ACN entre déception et incompréhension

Dans un courrier daté du 2 avril 2007 et reçu durant les vacances scolaires de Pâques, Monsieur Tomasini, préfet du Val de Marne, nous a transmis la synthèse de la médiation qu’il a entrepris et dans laquelle il écrit «  je vous prie de prendre acte des dispositions que j’ai arrêtées dans le cadre de cette médiation ».
 
Nous vous laissons lire cette synthèse ( page 1 et page 2) ainsi que les courriers que Priartem et l’ACN ont adressé à la préfecture suite à la réunion du 22 février 2007.
 
Alors que la position de l’opérateur est impeccablement retranscrite, tout le travail que nous avons accompli se retrouve résumé en un paragraphe de 4 lignes qui dénature et caricature totalement nos positions et qui oublie l’ordre du jour de cette médiation: la recherche d’un site alternatif.
 
Donc, sans surprise par rapport à l’attitude adoptée lors de la réunion, le préfet entérine la mise en activité de l’antenne-relais mais à compter seulement du 1er juin 2007.
 
Les craintes que nous avions formulées par écrit  avant la réunion dans un courrier au sous-préfet (page 1 et 2) qui n’a jamais reçu de réponse se sont donc confirmées, à commencer par la modification de l’ordre du jour.
Nous pensions que la participation du préfet et du sous-préfet à cette réunion serait de nature à apporter un maximum de sérénité dans ce dossier, à ramener l’opérateur à la raison, notamment à lui faire respecter la charte de bonne conduite de Nogent. Nous constatons qu’il ne s’est agit que d’entériner la position de Bouygues Telecom sans tenir compte de notre position, malgré tous nos efforts. Depuis le début de ce dossier, l’opérateur n’a fait strictement aucune concession.
 
Il faut ajouter que le boycotte par le maire de la médiation et sa résiliation de la charte de bonne conduite avec les opérateurs l’après-midi du 22 février 2007 sont pour beaucoup dans l’échec du processus de concertation.

Nous allons donc très rapidement contester cette « médiation » et prendre de nouvelles initiatives locales et départementales. 

 
Pour le reste, il semble qu’un consensus ait été trouvé entre l’association Bien Vivre à Nogent, la mairie et la députée de circonscription, Madame Montchamp, pour entériner cette installation.
 
Concernant l’association Bien vivre à Nogent, association dont Monsieur Martin était président avant d’être élu maire, cela n’est pas une surprise. Par contre, Madame Montchamp avait défendu jusqu’alors « le respect du principe de précaution stricte dans ce dossier ».  Nous nous interrogeons sur ce changement de position… Nous venons de lui écrire pour qu’elle nous transmette une copie de son courrier au préfet.
 
Malgré les centaines de signatures (plus de cinq cents), de parents, des riverains, des locataires, l’opposition d’associations locales, départementales et nationales, nous ne sommes pas entendus.

Une phrase revient souvent  ces derniers temps « on ne peut rien faire contre Bouygues » qui en dit long sur l’état d’esprit des gens.

5 pensées sur “Médiation du préfet: l’ACN entre déception et incompréhension”

  1. Visiblement.. tous sont d’accord pour l’installation des antennes… sauf les Nogentais … mais ceci n’est visiblement qu’un détail …

    Je me demandais si un préfet avait jamais rendu une decision autre qu’une simple validation de la position des operateurs dans de telles situations ?. Apres tout, ce sont des fonctionnaires qui, dans le cadre de dossiers nationaux, obeissent à des consignes plus qu’autre chose

  2. Cela prouve une fois de plus que le Préfet ne se préocupe pas de la santé de ses administrés ;
    deamandez lui de solliciter plusieurs antennes relais sur la préfecture et particulièrement au dessus de son appartement .
    Et exigez une réponse .
    Mr le Préfet , priartem a pris bonne note que vous êtes favorable à l’installation de 3 antennes relais au-dessus de votre appartement ; nous transmettons cet accord tacite aux 3 opérateurs de téléphonie mobile ., etc .

  3. Cette scène résume bien l’éloignement des politiques avec les citoyens! C’est sûr que quand on a des petites ententes avec certains lobbys, on aurait pas envie de dire qu’en fait on a changé de camp, donc intérêt particulier oblige, il faut a tout prix planter l’antenne sur le centre de la cible et vraiment bien au centre! Idem pour les promoteurs immobiliers, pourquoi est-ce que certains élus qui s’entendraient avec les opérateurs, changeraient les règles d’urbanisme contre leurs intérêts particuliers! Donc, pas question de changer les règles, sinon pas de dessert! Et où est l’intérêt général des citoyens là-dedans? Regarder les antennes, le béton, la pollution, l’environnement se dégrader! Mais le discours de notre maire n’a rien de constructif, il est purement moral, compassionel, voire arriériste si j’oserais dire…mais personne ne vient apporter son soutient pendant toute cette période… Bonne soirée.

  4. La meilleure sanction ne serait-elle pas de proposer le boycot de Bouygues sur Nogent.
    On ne peut pas à la fois utiliser les services d’un groupe où le profit est le seul moteur, même au détriment de la santé des gens
    et en même temps contester ses méthodes et son lobying “efficace”,
    particuliérement en période préelectorale (municipale).
    Mais soyez sûrs, la lutte “au côté de l’association” fera partie des points “positifs” développés, pendant la prochaine campagne sur Nogent.

  5. Effectivement le boycot des services de Bouygues est la première des choses à faire, tel est mon cas ! et face à l’attitude du Maire, les bulletins de votes en dirons long !!!

Laisser un commentaire