Prochaine réunion du Comité environnement de la ville : transparence ou non ?

Le maire de Nogent nous a annoncé début août l’ordre du jour de la prochaine réunion du Comité Environnement de la ville qui se tiendra le 30 août 2007 et dont le principal thème sera les antennes-relais de téléphonie mobile. Le voici :

  1. présentation du nouveau protocole d’accord
  2. exposition des plans de déploiement des opérateurs

Nous avons demandé aux services de la mairie si nous allions recevoir les documents correspondants avant la réunion, afin de pouvoir la préparer. La réponse que nous avons obtenue était une sorte de “non” prudent, laissant peut-être entrevoir une possibilité que… vous voyez le genre.

A ce jour, aucun document ne nous est parvenu. Nous allons donc formuler cette demande directement au maire. Puis, en fonction de sa réponse, dont nous vous ferons part, nous évaluerons la situation.

Rappelons que la Charte de Bonne conduite de 2002 a été annulée par M. Martin. Vous savez, cette fameuse Charte, dont il était si fier et qui, dans son article 5, obligeait les opérateurs à tenir compte de l’avis des riverains et des nogentais quant au choix des emplacements d’antennes. Le maire avait pourtant affirmé dans un premier temps devant les adhérents de l’ACN qu’il en défendrait l’application. Mais, lorsque l’ACN lui a demandé d’en faire respecter précisément l’article 5, il a préféré les arguments de Bouygues Telecom, et s’est livré à des attaques systématiques contre l’ACN et son président.

Depuis trois ans, les nogentais ont pu assister à la reculade systématique du maire devant les intérêts de Bouygues Telecom. L’annulation de la Charte a été perçue comme un cadeau magistral fait à Bouygues Telecom. Quant à l’information effectuée par le maire dans Nogent Magazine, son manque d’objectivité et sa façon de détourner les faits montrent bien quels intérêts le maire défend aujourd’hui. A quand une proposition du maire pour rebaptiser Nogent sur Marne en “Nogent sur Bouygues“. Allez, c’est juste une boutade. Mieux vaut en rire, en effet.

La réalité, c’est que depuis l’origine de ce dossier, M. Martin s’oppose systématiquement aux nogentais et cherche un moyen de faciliter le passage en force de l’opérateur. Au début, il faisait semblant de jouer l’apaisement et la concertation. Mais l’annulation de la Charte ouvrant un boulevard à Bouygues pour faire ce qui lui plaît à Nogent illustre de façon spectaculaire les relations entre notre maire et le plus grand bâtisseur/communicateur de France.

En fait, le maire de Nogent sur Marne s’évertue à défendre depuis le début de ce dossier la solution que préconise l’opérateur, et qui est simplement de ne rien changer à son projet original pour les antennes du groupe scolaire Val de Beauté (92 rue F. Rolland) et de ne rien toucher aux antennes près des écoles Paul Bert et Guy Môquet.

Depuis le début, il s’arrange pour faciliter la tâche à Bouygues Telecom, au mépris de l’opinion des nogentais, exprimés largement au travers de manifestations et de pétitions largement relayées par la presse. L’opérateur lui-même a d’ailleurs tombé les masques en affirmant dans Le Parisien que la mairie avait “étudié et validé tous les projets passés, présents et à venir” avec Bouygues Telecom (d’après l’opérateur lui-même) ! Peut-être pense-t-il que les nogentais vont changer d’avis spontanément, touchés par une sorte de grâce, ou hypnotisés par l’effet de la lecture de Nogent Magazine.

Le boycott de la réunion de médiation préfectorale est une autre illustration de ce binôme Bouygues-Martin, puisque ce dernier aurait pu à cette occasion défendre devant le Préfet son engagement exprimé dans la Charte. Ultime provocation, le jour même de cette réunion qu’il a donc prudemment boycotté, M. Martin réunissait les opérateurs à la mairie pour travailler sur un nouveau document conjoint destiné à remplacer la charte. Sans les associations, bien sûr. Sans compte-rendu. Sans communiquer aucun document à personne. Entre soi, quoi. Le maire, déjà fâché avec la transparence sur le dossier Paul Bert / Guy Môquet, a procédé en tenant explicitement l’ACN à l’écart. Dans le secret. Il est clair que M. Martin n ‘a aucun problème pour discuter avec Bouygues Telecom. C’est avec les nogentais que ça coince.

C’est le résultat de ce processus que nous allons découvrir le 30 août.

Nous sommes à des années lumières de la volonté affichée par le Président de la République dans sa Réponse à l’Association Nationale Priartem lors de la campagne pour l’élection présidentielle. Il affirmait en effet son souhait d’exiger que la transparence de l’information devienne la règle tout en reconnaissant qu’il s’agit “d’une nouvelle culture pour l’administration” et “une nouvelle éthique pour la classe politique” et aussi d'”un devoir à l’égard des français“.

Chacun appréciera comment M. Martin se conforme à la position de Nicolas Sarkozy. Soulignons également que M. Sarkozy préconisait dans ce même document la création d’un périmètre minimum avec certains bâtiments…

Malgré tout ce qui précède, l’ACN est une association pleine de bonne volonté et d’espoir.Ainsi, nous voulons croire que le maire a changé et que tout ce qui précède n’est qu’affabulation. Que nous nous sommes trompés. Qu’il a réussi à trouver une solution pour éloigner les antennes du Groupe Scolaire Val de Beauté et des écoles Paul Bert et Guy Moquet et à négocier avec les opérateurs des conditions plus rigoureuses que dans l’ancienne charte.

Malgré toutes les couleuvres que nous avons dû avaler de sa part, nous espérons qu’il a pu faire sans nous mieux qu’avec nous et qu’il a trouvé une solution satisfaisante à ce dossier. Et si c’est le cas, nous ne manquerons pas de lui tirer notre chapeau.

C’est pourquoi nous allons lui demander officiellement de nous faire parvenir les documents dans un délai raisonnable avant la réunion afin de pouvoir la préparer correctement. Raisonnable, comme demande, non ?

Laisser un commentaire